Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
hétéroclite, écoute le temps, la tête dans les étoiles, les pieds par dessus

 

 




46 L’humanité
toi et moi

Dans le film « Pirates » de Roman Polanski, on voit un vieux prêtre, sans doute au retour des missions, assis dans ce qui est peut-être son dernier lit. Le regard exalté, les bras levés, il apostrophe le ciel : « Pourquoi ne suis-je pas Indien ? ». Pourquoi, mon Dieu, moi qui puise ma force en toi, moi qui peux grâce à toi supporter bien des épreuves, pourquoi ne suis-je pas, moi, l’un de ces Indiens que nous persécutons ?

Voilà sans doute ce que crie ce saint homme.

Mais sa question dépasse la circonstance : j’aimerais l’appeler une « vraie question » : une question sans réponse, mais qui peut nous pousser à réfléchir.

Pourquoi suis-je moi plutôt qu’un autre ?

Question folle, qui prête à rire, question que sans doute seul un esprit dérangé pourrait poser.

Ou bien question qui nous déconcerte, et dont nous nous débarrassons par une réponse apprise : on évoque une mission à accomplir, donnée par un dieu, on parle de vies antérieures, d’un karma, on se fait bouddhiste à l’occasion : mais le Bouddha lui-même n’a-t-il pas affirmé :

« ...nous devons croire à un écrit, à une doctrine ou à une affirmation lorsque notre raison et notre expérience intime les confirment. C’est pourquoi, je vous ai enseigné à ne pas croire simplement d’après ce qui vous a été dit, mais conformément à votre expérience personnelle, et puis à agir en conséquence et généreusement. »

Donc, la question demeure intacte.

Pourquoi suis-je moi plutôt que toi ? Pourquoi est-ce ma vie que je vis et non la tienne, et vice-versa ? La seule vraie réponse est : « Je ne sais pas ».

Je ne sais pas pourquoi tu es toi et pourquoi je suis moi. Hasard, loterie ? C’est difficile d’accepter qu’une question demeure sans réponse.

Alors, puis-je considérer cet autre là-bas qui meurt de faim, et me dire qu’il pourrait être moi, qu’il n’est ni plus ni moins que moi : effroyable, n’est-ce pas ?

Ou cet autre ici, cette idole à laquelle je m’identifie volontiers, qu’il pourrait être moi, et que lui aussi n’est ni plus ni moins que moi : réjouissant, n’est-ce pas ?

Puis-je accepter de les considérer l’un et l’autre comme d’autres possibles moi-même ?

Si j’étais toi, je vivrais ta vie précisément comme tu la vis, et si tu étais moi, tu vivrais précisément comme moi : comment dès lors pouvons-nous nous juger ?

Par facilité, par paresse, je juge.

Juger me dispense de toute responsabilité.

En refusant la loterie de la vie, je refuse de voir ma sœur ou mon frère dans tout autre que moi.

Oui, certains d’entre nous commettent des actes répréhensibles, mais si nous le voulons, nous pouvons les regarder d’un œil lucide, comme le faisait l’une des sœurs Brontë : « Je condamne le crime, mais je pardonne au criminel », écrivait-elle. Derrière tout acte, si horrible soit-il, il y a un être humain.

Juger un être humain, le condamner, l’idolâtrer, c’est refuser de prendre en compte son histoire, c’est lui refuser le droit d’être compris à partir d’elle, c’est l’exclure du monde humain, le placer au-dessous ou au-dessus de l’humanité qui est la somme des histoires de tous les humains.

Juger, condamner, idolâtrer : en excluant l’autre du monde humain, nous nous en excluons nous-mêmes, nous abdiquons notre commune humanité.


happy   dans   Caresses    Lundi 9 Août 2004, 12:06

 


 


d ’ é c h o   e n   é c h o s

 

Valaxaur
Valaxaur
10-08-04
à 02:27

1  

Ton beau texte m'évoque une chanson de Juliette Gréco : Je suis comme je suis, et n'y puis rien changer...

Je me dis aussi que le jugement est une réaction primaire, premier pas vers la compréhension, l'interrogation ou la fuite.

Mais bon ce que je dis... n'est rien par rapport à toi... Au plaisir de te découvrir.

Jean-Jacques :-)


BubbleGum
BubbleGum
10-08-04
à 10:28

2  

Voilà qui soulève beaucoup de questions...

"Je suis comme je suis" est selon moi une réponse trop simple. On est comme on est, c'est vrai, mais d'où vient cette personnalité que l'on a, ce 'moi' profond? Personellement, je pense que c'est un mélange de nombreuses choses qui fond qu'on est ce qu'on est. Le passé, premièrement, et les souvenirs. Le passé influe sur le présent et nous aide à construire le futur. Les souvenirs aussi, comme je l'ai dit, qui sont les traces de notre passé. L'éducation, bien sûr, mais je crois aussi que le destin joue un rôle. Pas un destin tout tracé, sans droit à la parole pour nous même, mais plutôt un chemin semé de carrefours et de déviations qu'il appartient à nous de prendre ou pas...

Je suis comme je suis...

Bubblegum




Quau canto,
soun mau encanto
D’ici et d’ailleurs Qui chante son mal,
l’enchante

 


bienvenue
dans ce
joyeux
bric-à-brac
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

 
je vais aux routes
de mon cœur,
je suis la vision
de mes yeux !
The WeatherPixie

kimeli
ouvert le 15 juillet 2004
 
sommaires
des rubriques
de bric
et de broc
 
hier, sans nostalgie
demain, sans projet
aujourd'hui,
je suis
To translate
from and to
various
languages :



 

 

 

qui suis-je ?
Merci à Mephisto Lessiveur pour les images