Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
hétéroclite, écoute le temps, la tête dans les étoiles, les pieds par dessus

 

 




161 Rabelais — Spiritualité botanique
La énigme du pantagruelion

Maiſtre François RABELAIS (1483-1553)

LA ÉNIGME DV PANTAGRVELION

Source: Les Amis de Paris-Zanzibar
Ouurage introuué, ſite... en fumée ?

Tiers liure, chap. 46 & 47 —>

 

AVLX VERTVEVX AMATEVRS
MESOVAN MVTZ DV PANTAGRVELION

 

Em ma parole autre ſen ot,
Au mains quant des coillons parloie,
Don ſi briefment parler voloie,
Que celui que tu i veuz metre,
Et qui bien entendroit la letre,
Le ſen verroit en l’eſcriture,
Qui eſclairciſt la fable occure.
La verité dedenz repoſte
Seroit clere, ſ’el iert eſpoſte ;
Bien l’entendras, ſe bien repetes
Les integumanz aus poetes.

I. de MEVN
Roman de la Roſe

 

Des temps les plus recullez iuſques a nos iours, ceſte confrarye en ſes rancz comptoyt maintz & maintz ſçauantz, painctres, poëtes & aultres ſcripteurs illuſtres que ores ne eſt conuenable de baudement balancer. Ne ſeront doncques poinct nommez d’aulcuns qui force vſaige en feirent ; ains, demandera on, que eſt il aduenu en ce ſiecle pour que herbe ſi bonne ne ſoyt plus en odeur de ioyeulſe ſaincteté, ycelle qui iadys euſt reduict tant & tant de maulx, et ce pendant ouuriſt grandz les huys de la furieuſe ymagination ? Car, confeſſons le, l’herbe pantagruelion de plus d’vn inique meſpris continue a eſtre reprimée de par l’uniuers en ſon preſque entier. Tres toſt ſe doibt de eſtre preuenuz : que le prime dangier — et peut eſtre l’unicque — eſt iuridicque condemnation : le malheur fond ſus ycellui qui ſe veoyd ſoubz les chaiſnes de ſa ſienne affection, telle la rapacité ſus des ſouris chaulues. Ne debuez fumer ne en ioinctz, ne en tarpée, peſtardz, ou guedoufle en la præſence mauluaiſe, ou moiſy ſerez es vligineuſes ergaſtules : car la loig qui de la tourbe faict mocquette, ne ſe reſiouiſt pas de ce ſubiect tres ſuſceptos a ſes furies de penitence pour raiſons qui encor ſont a diſcourir, ains au commun trouppeau reſtent touſiours incongneues tant feroces ſont les bergiers a le entoueiller. Vne carpe tu ſeras, demourant a repeter que Pantagruelion du diable eſt l’herbe tant que prohibé le los ſera. Sçache que ceſte menterye eſt tolerée : pour ce que liberté de parolles a chymere ſ’apparente en matiere de pantagruelion. En attendant de aller au cueur de l’affayre, pour voſtre protection, vertueux lecteurs, ne fault dire ou eſcrire : premierement, que pantagruelion en vſaige ne conduict poinct aulx vſz de plus terrificque medicine (telle pouldre de plantes indianes reduictes ou de pauot par alchymie traictée, & abſorbée par pertuys de nez ou es veines par glyphouoires ; ou champeignons phantaſticques qui font les œilz eſmerueillez & que les indians beuuent en decoction ou mangent en omelette & au guouſt auſſy ſucculent que ceulx de nos boyſ). Car ceſtuy la qui d’vn petard ſe peult gaudir, ceſtuy la ſus le tard yure de poinctures il ſera, baiſle vne ſcience grenoillibus & le vulgue ſon barraguoin. Secondement, que Pantagruelion ne vault malheur moleſte. Ceſtuy que ſe adonne a herbe pantagrueline en fumation bien toſt ſe adonne a luxure, laſciuie & aultre deſhonneſte vice, car ce poizon eſloignera l’humaine humanité des bonnes couſtumes, a l’image des bourrachous empliſſans de gemiſſemens les ruelles, es tauernes & lupanare, ouurent leurs eſpouſes & leurs petitz piaux bataillent, & vllent en tintamarre. Quant aulx aultres, ne ha on pas veu iouuenceaulx eſtourdyz eſcouttans a ſe decouller les aureilles des bruictz de marmitte croyans ouyr melodieuſe muſicque de tabours, guinterne & cornemeuſes, tant ceſte herbe guaſte les ſens en eſchauffant le ſang. Quand il meuriſt, le meſme eſtourdy ne ſe recordant poinct le debuoir du laboure, de la famille & de la patrie ha la figure cadaureuſe, et ne eſt plus que l’umbre de luy meſme, tel vng eſtronc que marcher deſſus ne porte pas bonne fortune a yceulx qui ſe ſont ſouillez par en deſſoubz leurs chauſſes. Ah ! ce eſt a vray dire vne grande & redoubtable diablerie que ce ſathanas pantagruelion ! Et de veoir en ceſt eſtat l’hom decrepit, que pirement qu’vn cinge verd il ſemble, ſe morfond le charitable deuot. Tiercement : que pantagruelion non nuyſant eſt ; ains, a l’oppoſite, debuez dire que il nuiſt a la ſanté par produict pernicieux introduict es poulmons, que adultere & l’alme & le corpz de yceluy deuenu, des la taſfe inhalée, phantoſme ſans volunté & ſemblable aulx legumaiges des iardins. La teſte & les iambes & les bras comme reduictz par des rapetaſſeurs guenaulx, tantoſt rampans comme le lumbricque ſoubs la terre, de luy ſe chantera que il fuſt, mais iadys, vn humain. Moult aultres dammages ſont congneuz (et bien congneuz !), pour example la follye telle que elle eſt deſcripte par les ſçauantz medicins : la pſychoſe induicte [par le pantagruelion] nous fourniſt la preuue que la perturbation playſante & repeſtée de la neuro-tranſmiçion cerebralle porte auecques elle le riſque le plus ſerieulx de deranger d’vne façon permanante des mecaniſmes neuro-chymicques fondamentaulx qui controllent le comportement coherent. Eſt ainſy la verité vraye de la phyſicque, que ne diſputerons pas ſon dire en inutile ſacrifice de ſaliue, ou en eſcriuant ſus parchemin velu (quoyque par foys, ains non par ma foy, il ſoyt agreable des loups garder la lune — que dis ie : de la lune garder les loups !). Quartement : que pantagruelion eſt comme pyot de noſtre pays — de Bourgoigne ou Bordeaulx, Loyre, Beaulne, Sauoye, Champaigne... — pour ce que aſſez ſuffiſt il a rencontrer la iuſte yureſſe des niruhanas paradiſiacques, que il ne eſt poinct en obligation de recuillir des merdigues priſez par le iaune de Aſie, le ſauluaige creſpelu de l’Africque ou les Turquoys mahumetiſtes. Il eſt ainſy aſſauoir que le Vieulx de la Montagne euſt preſque meurtry noſtre bon roy Sainct Louys par ordre donné aulx ſiens ſoubdars a qui il verſoit force breuaiges de vins meſlez, & non tel que ſe diſt a tort incorporez de pantagruelion. Marc Paul ha narré ceſte curieuſe odyſſée en ſon Milione ou Diuiſament dou Monde ou Liure des Merueilles dou Monde. L’hyſtoire reſſemble tant a vn conte de la quenoille que ie la donne icy au long pour ſa folaſtrie, quoy que ie en ay corrigé les faultes de formes les plus eſpouantables

 

XLI. CI DEVISE DOV VIEL DE LA MONTAGNE ET DE SEÇ ASCICINÇ.

 

Mulecte eſt vne contree la ou le Viel de la montagne ſoloit demorer anſienemant ; Muleete vaut a dire heretiques ſelon la loy de Sarain. Or vos conterai tout ſon afer ſolonc que ie meſer Marc oi la conter a pluſors homes.

 

Le Viel eſtoit apellé en lor lengaies Aloadin. Il auoit fait fer entres deus montagnes, en vne valé, le plus grant iardin et les plus biaus ke iamés fuſt veu : il hi a de tous buen fruit dou monde. Et qui auoit fait fer les plus belles maiſon & les plus biaus palais que vnques fuiſſent veu : car il eſtoient dorés & portrait de toutes les belles coſes dou monde. Et encore hi auoit fait faire conduit, que por tel eiue. Il hi auoit dame & dameſeles, les plus bielles dou monde, les quelz ſeuent ſoner de tuit enſtrumenti & chantent & calorent miaus que autres femes. Et faſoit le Vielz entendre a ſeç homes que cel iardin eſtoit parais. Et por ce l’auoit faite en tel mainere que Maomet ne fiſt entendre a les Sarain que celç que vont en parais hi aront belles femes tant quant il voudrent a lor voluntés & que hi treuerent flum de vin & de lait & de mel & d’eiue : & por ce auoit fait fer cel iardin ſenblable au parais que Maomet auoit dit a Sarain & les Sarain de celle contree croiuent voiremant que cel iardin ſoit parais. Et en ceſt iardin ne introit nul homes iamès, for ſolemant celz que il voloit fer aſiſin. Il auoit vn caſtiaus a l’entree de cel iardin ſi fort ne doutroit home dou monde ; & por autre part ne i ſe pooit entrer que por iluec. Les Vielz tenoit o lui, en ſa cort, tuit les iouenes de doç anç en vint de la contree, ce eſtoient celz que ſenbleient eſtre homes d’armes : les quelz ſauoient bien por oir dir, ſolonc que Maomet lor profete diſt elç, que le parais eſtoit fait en tel maner com ie vos ai contés : et enſi croient il voiramant. E que vos en diroie ? li Vieilz en faſoit metre de ceſti ieune en cel parais a quatre & a x & a xx, ſelonc que il vouloit, en ceſt mainere : car il faiſoit elz doner beuraies por lo quel il ſ’adormoit mantinant ; puis les faiſoit prendre & metre en cel iardin & les faiſoit deſueiller.

 

XLII. COMANT LE VIEL DE LA MONTAGNE FAIT PARFAIT ET OBEIENT SEÇ ASCISCINÇ.

 

Et qauant les ieunes eſtoient deſuoillés, & il ſe trouent laiens & il voient toutes ceſtes couſes que ie voç ai dit, il croient eſtre en parais voiramant. Et les dames & les dameſeles demoroient tout ior con elz ſonant & cantant & faiſant grant ſoulas ; & en faſoient a lor voluntés ; ſi que ciſti ieune auoient tout ve que voloient & iamés por lor voluntés ne iſtront de laiens. Et le Viel tient ſa corte mout belle & grant & demore mout noblemant & fait creere a cel ſenple iens des montagnes que entor lui ſunt qu’il eſt profete : enſi croient il voiramant. Et quant le Vel en vult aucun por enuoier en aucun leu e faire occire aucun home, il fait doner le beuaie a tant comme il li ple ; & quant il ſunt endormia il fait prendre en ſon palaſio. Et quant ceſti ieune ſunt deſueillés, & il ſe triuent en cel cauſtiaus el palais, il ſ’en font grant meraueie & nen ſunt pas lies, car del parais dont il venoient & nen ſunt pas lies, car del parais dont il venoient por lor voluntés nen ſ’en fuiſſent il iamés partis. Il alent mantinant deuant li Vieus & ſe humelent mout ver lui, comme celz que croient que ſoit grant profete. Le Vielz le demande dont il vienent & celz dient qu’il vienent dou parais. Et diſoient que voiramant eſt cel le parais come Maomet diſt a noſtri anceſor ; lor content toutes les couſes qu’il hi trouent. Et le autre que ce œnt & auoient eſté, auoient grant volunté d’aler el parais & auoient volunté de morir porcoi il hi poſent & mout deſiroient cel ior qu’il hi ailent. Et quant le Vielz vuelt faire occir vn grant ſire, il fait aprouer de ſien aſciſcin celç que meior eſtoient. Il enuoie ploſors ne grantment longe enuiron ſoi por les contree, & lor comandent qu’il ocient cel homes. Celz vont mantinant & font le comandamant lor ſegnor puis retornent a cort — celz que eſcanpent, car de telz ni a que ſunt pris & morti — puis qu’il ont occis le home.

 

Quintement : ſi par malencontre en parlois, ne fault oublier de adiouſter que : regretz & remord cruellement bruſlent ta tienne langue de morſures horrificques & que iamais, au grand oncques !, ne ſeront reiteréz ces epænons. Tel Lionelus Ioſpinus, voulant eſtre roy de guauche par election, mais incontinent failliſt, qui le XXIX du moys de Mars de l’an de grace MCMXXXXV diſt en la bœtte de images que parlent a la XXI heure & XL minutes que : ça m’eſt arriué auecques vne eſtudiante americquaine il y ha tres tres long-temps, XXV ou XXX ans ; ça m’eſt arriué enſuyte vne foys ou deux dens le midi de la France, touſiours a la meſme epocque. Honeſtement, ça m’a pas branché ; pour tout dire, ça ha prouocqué vne legiere perte de conſcience qui ne m’a pas excité. Moi, i’aime le plaiſir, mais i’aime garder vne certaine lucidité ; doncques ça ne m’eſt pas arriué depuys... Moi, c’eſt vne déeſſe indienne que i’auais aperçue ! Cela il fuſt dict ſus la chaiſne de muſicque MCM pour la ieuneſſe, et reprins dens vn torchecul du matin, le XXX du meſme moys de Mars, a propous de ſçauoir ſi le Ioſpinus auoit deſia conſumé du pantagruelion. Ainſy fault il remuer ſon muſcle au dedans de ſa bouſche : parabolains, en voilà de la grene a prendre & du poulemart a picoter ! Sexto : que minimes eſculapius, apothécaires & facteurs d’eſtat en leur monopole ont congnoiſſance de ce que les drogues ſont. Et de leurs aduis ne doubtez pas, quand bien meſme l’herbe pantagruelion ſera obiect de leurz triſtes topicques. Forçant vos eſperitz a repeter comme vng papagaye que ſcience medicine & ſes enuoyez d’eſtat vouloient combattre tous les maulx et dedens le mal pantagruelicque, ne direz vous empoyſonné quand oyrez ſang, ne chantez non plus pas pa-pon telles ſyreines des chariotz de medicins ou yceulx pour eſtaindre le feu des combatans de la flambe, quand oyrez iuſtice (Aulx fagotz, pa-pon ! Aulx fagotz, les buſtuaires de la honte !). Sus ceſte courte muſicque, que bonne alme & vietz-dazes ignorent ou font mines, il eſt auſſy a ſçauoir que elle fuſt vſitée par les Germains pendant la occupation a chaſſer & liurer les Iuifz, puys pour vn Franc reſiſtant elle ha acrauanté des teſtes ſarrazineſques qui vouloient marcher & ſe bouger en le villaige capital, puys par d’aultres encores moins reluyſans a faire des comptes d’eſtat œconomicques ceſte foys au proffict de la republicque, & que veſcut & mouruſt en paix ſans iamais auoir payé vn quelconque forfaict, ſaulué que il fuſt par vn protecteur ſoy diſant de guauſche qui ne fuſt oncques que dextre & même dextrement extreme auecques ſes amys en cagoulles... Quant a ce que on ha nommé l’affaire des vaſches folles, pluſtoſt fauldroit les grippeminaulx accuſer de crimes contra naturam, eulx qui ont nourry des mangeurs de paille auecques de la viande qui plus eſtoit haultement malade, et, continuans par criminelle perſeuérance, donnent ceſte maladerye de mangeaille aulx gelines & guoretz bientoſt folz eulx auſſy. En le dommaine de empoiſonneurs, il eſt a recongnoiſtre que ce vueil qui ne date d’ores, eſt deuenu habitude : ſang, poiſſons, moutons, vaſches, beufs, porcz, poulletz & animaulx de toutes eſpeſſes empoiſonnez, aër des cielz ſouillez qui corrompent les pulmons, ſoleil qui bruſle les peaulx, eaulx de la mer brehaigne, leſgumages ſans aulcune ſaueur, pauureté qui comme vn chancre ronge la humaine ſocieté... que n’eſt il pas mediocre le pantagruelion, comparé a ces catagliſmes ? Non ? Vrayement non ? Que alors le mau de pippe vous byre ! Debuez garder par deuers vous vos voſtres opinions pour viure en tranſquilité, ſi le voulez, et ſerez liberes a ceſte hydeuſe condition, poinct d’honeur euidentement n’aurez, ladres que vous eſtes en ces chattemiteſſes, car eſt ainſy le pays ou tu loges que bientoſt a fuyr ſera mieulx que de eſtre croupys en ceſte merdaille de concuſſion, en ceſte pourriture de ladrye, en ces chicaneries de archibouffon. Ou ſi vous demourez ſans dreſſer la teſte, quand bien meſme vous auſſy ſeriez traictez tel mancipe a coupz de fouet pour auoir cuydé pouoir glorieuſement eſtre humain ſans eſtrif, et que doncques vous plaiſt de viure courbez ſoubs les baſtonnades, allors muſſez vous hercules foyrars & prenez pour vous ce que maiſtre Rabelais diſoyt en ſon prologue de nos communs ennemys a nous les beliſtrandiers (ains non a vous : honteux eſperruquetz mutz par couhardiſe) : « Notez bien ce que i’ay dict, et quelle maniere de gens ie inuite. Car (affin que perſonne n’y ſoit trompé) a l’exemple de Lucillius, lequel proteſtoit n’eſcrire que a ſes Tarentins & Conſentinois : ie ne l’ay perſé que pour vous Gens de bien, Beuueurs de la prime cuuée, & Goutteux de franc alleu. Les geants Doriphages aualleurs de frimars, ont au cul paſſions aſſez, & aſſez ſacs au croc pour venaiſon. y vacquent ſ’ilz voulent. Ce n’eſt icy leur gibbier. Des cerueaulx a bourlet grabeleurs de corrections ne me parlez, ie vous ſupply on nom & reuerence des quatre feſſes qui vous engendrerent, & de la viuificque cheuille, qui pour lors les coupploit. Des Caphars encores moins : quoy que tous ſoient beuueurs oultrez : tous verollez : crouſteleuez : guarniz de alteration inextinguible, & manducation inſatiable. Pourquoy ? Pource qu’ilz ne font de bien, ains de mal : & de ce mal duquel iournellement a Dieu requerons eſtre deliurez : quoy qu’ilz contrefacent quelques foys des gueux. Oncques vieil cinge, ne feit belle moue. Arriere maſtins. Hors de la quarriere : hors de mon Soleil Cahuaille au Diable. Venez vous icy culletans articuler mon vin & compiſſer mon tonneau ? Voyez cy le baſton que Diogenes par teſtament ordonna eſtre pres luy poſé apres ſa mort, pour chaſſer & eſrener ces larues buſtuaires, & maſtins Cerbericques. Pourtant arriere Cagotz. Aux ouailles, maſtins. Hors d’icy caphards de par le diable hay. Eſtez vous encores la ? Ie renonce ma part de Papimanie, ſi ie vous happe. Gzz. gzzz. gzzzzzz. Dauant dauant. Iront ilz ? Iamais ne puiſſiez vous fianter, que a ſanglades d’eſtriuieres. Iamais piſſer, que a l’eſtrapade : Iamais eſchauffer, qu’a coups de baſton. » Et pour fuyr ce deplaiſir, qui eſt de penſer a ces verollez ſus vne note de guayeté, mais auſſy pour ſçauoir ce qui attend la braueté & le couraige herſelez par la peruerſité, ie nous conſeilleroys de lire ſynon le liure en entier de Odet de la Noue (qui ſignaiſt par prudence “le Sieur de Teligny”), du moyns ſon tiltre, qui ſuffiſt a ſe en faire vne iuſte idee : Paradoxe que les aduerſitez ſont plus neceſſaires que les proſperitez, & que, entre toutes, l’eſtat d’vne eſtroicte priſon eſt le plus doulx & le plus prouffictable (Lyon, MDLXXXVIII) ; car comme le diſoit Salomon le roy : plus heureulx eſtre les treſpaſſez que les viuans en ceſte vallée de miſeres, et que ha reprins Camille Deſmoulins dauant que ne le decapitent les enraigés de la vertu pour ſon ſien bonheur (Ah ! que le triomphe de ces freres euſt il eſté admirable ſi eulx en ſuyte ne furent occys par les crappaulx eternes du marais qui encores gouuernent deſpuys — exceptez durant les folles ſepmaines de l’an MDCCCLXI, ce qui eſt vne aultre & longue hyſtoire, quoy que de courte durée, qui ne ha rien a veoir auecques le pantagruelion...). Ce pendant maintz crimes ſe commettant en nom de prudence peruerſe, et moult humains patiſſent des dures loix qui les iettent en infractions, la iuridicque leçon doibt elle eſtre miſe a la queſtion des lors que ny ha moindre rogaton d’vn coté & doubtance de l’aultre.

 

Ces conſeilz iudiciaires n’ont poinct empeſché les fieffez ſectateurs de l’herbe pantagruelion de en collauder les vertuz. Maiſtre Rabelais lui meſme, en ſon Tiers Liure des faictz & dictz Heroïques du noble Pantagruel, cap. 46 (ou XLIX) & ſuyuans, fiſt pourtraict tres fidele & tres veritable des effectz du pantagruelion ſus ceulx qui ſont tombez en ſon diabolicque pouoir. Comme au iour d’huy, il ne put exprimer librement ſa ſienne admiracion car du pantagruelion vray eſcryre l’appologue il eſtoit fol, ou finer par ſe faire bruſler pour demoniacles demonſtrations a auoir rendu public vn element de brouet ſorcier ; ne diſt il d’ailleurs poinct : « En fin ont mins le remede de y obuier en deliberation & au conſeil »... Ah ! mais que ſont ilz ces Dieux qui ſi aiſement ſe font leurs femelles robber par de ioyeulx pantagrueliſtes ? Et que ſçauons nous de ce que « obuier » veult dire ? Que ſçauons nous ſi ne fuſt la deliberation, tel L.DCXXX, vn coup de baſton ſus la caboche ? Le bracquemard cenſorin ne luy permiſt pas de aller plus loing, auſſi duſt il traicter de vin & de beuuerye, et non de pantagruelion & du fracaſſus que ceſte herbe ha prouocqué en ſon cerueau. Yceluy qui lit ſans paour les aduentures de Gargantua & Pantagruel, il veira que les phantaſmes ne viennent poinct de la vigne... Non plus ycelles du Don Quichotte de Ceruantes ne furent produictes par la lecture des liures de cheualerie, ains par abuz de licqueur theriacle que le eſtropié auoit du gouſter : pour abreger ſes ſiennes ſouffrances a luy, lorſque vn boulet arrachaſt ſa iambe pendant la dure iournée de Lepante ; ou ycelles de la fille Alice, qui fiſt le voyaige es les mirificques royaulmes ou de derriere le mirouoir, par l’inſpiration de fumée de pauotz ou par concoction de certains funges qui tous font planer (prenez en memoyre que le verbe icy eloquent de « planer » fuſt inuenté par maiſtre Rabelais) ; pourtant il parloit a motz couuerz & ne fuſt entendu que par peu. D’ailleurs, entre les eſtudes ſus ſon ſien ouuraige, aulcun iamais ne ha traicté en ſpecificque du pantagruelion, pour ce que non pas vnicquement eſt luy interdict, ains pour ce que les illuſtres docteurs ſorbonici, par moynerye, ne touchent aulx fruictz defenduz ſans auoir eſté auctoriſez (ſerions touſiours mehaignez en l’Eden ſi l’Adam auoit eſté de leur race... grace a dieu il fuſt couraigeux, & nous ſommes ſortiz de ceſt enfer bienheureux ou couloient les ennuictz a guogo !). Mais ſi n’eſt ny le lieu ny le temps de collauder le pantagruelion, reſte il au moyns le Tiers Liure en ſa fin, ou le doubte & l’equiuocque ſe eſuanouiſſent a la clairté par reuelation de la enygme, meſme ſi maiſtre Rabelais ne congnoiſſoit le petard pour ce que la herbe a la royne ne fuſt encore en vogue ; de mode que il fallut en inuenter vn moyen qui n’eſt, ny ne ſera oncques, congnu, diſſolu que il eſt dens les frimatz du paſſé. Recongnoiſſez, dauant que de eſtre graue, a l’ennemy ſa conſtance de conſtippez et a nous la leçon de ce ſecret que noſtre bon maiſtre nous offrit en figure hieroglyphicque. Les conſequences faſcheuſes de la reprehenſſion de herbe interdicte aulx fumaticques et les diſputations au ſubiect de ſa meſchanceté ſont en debatz ſecretz. Se debura doncques eſtre diſpoſée la creuze viduité a la luce de enqueſtes honeſtes auant que de auoir a en traicter auecques paſſion — ce qui n’eſt iamais profitable. Ces dangiers euocquez ſeront de quelques vngs examples illuſtres ſans quoy ſera cabaliſticque au commun tel le voudroient yceulx que de bouſches cloſes reſuent, de buſchers & de galeres auſſy. Les numereuſes paiges qui ont eſté redigées ſus les nuyſables dangiers encourruz par les herbiers chelimins, en exaltation de magotz furent compoſez — ainſy que, a l’oppoſite, les folz contrarietez des reſponſes. Ne, pour cela, eſt vtile a les citer, ni les taulpetiers ſcripteurs, ni les yurongnes qui tous prient vn identicque exploict. L’ultrauaguance & les moufles des fagotteurs eſpouantent ceulx qui, ignorans des qualitez du pantagruelion, fuyent aulx primes agitations de lemures. Pour example mauluais, entre autres et que ne ſera pas nommemment deſigné, pour ce que ne vault poinct de eſtre notoire le dict fianteur de eſcripture empantophlée & que le eſt deſia, halas !, par ſa tenebreuſe duplicité, a eſté dict que les drogues pſychodyſlepticques, contenans des ingredientz pſychoactifz, en deſintegrans les meganiſmes cerebraulx & le proceſſus de la penſée entrauent la priſe de conſcience & la clairté du iugement qui ſont eſſentielles a l’exercice de la liberté perſonnelle. Mais le empoiſonné peut il eſtre vrayement coulpable tant mallade il demoure, ne recongnoiſſant poinct en luy les dommaiges que en ſa ſienne mommerie exagerée le bedault deſcript : beaucoup de ieunes gens, certains tres-brillans, conſomment [du pantagruelion] aſſez regulierement deſpuys trois a quatre ans. Ilz refuſent d’admettre qu’ilz ſont toxicomanes ou meſme qu’ilz ont vne habitude inuertebrée — a moyns que ce ne ſoyt inueterée, ie ne me en recorde plus la formule exactement, ains conuiendroit pour la clourre : eſmeut. Maintes aduis, tant des auctoritez des medicqueuſes ſectes que en cours politicque, adiouſterent ſentence fallace aux aduertiſſements cauteleux ſans ne en auoir eſprouué le plus minime effect, quand meſme fuſt il « admirable » au teſmongnaige de maiſtre Rabelais. Ne eſt il poinct plus fol que le fidele de pantagruelion iceluy qui gerbe creſtineryz tel pourceau biſcarié, que de en rire fauldroit pluſtoſt que plorer. Aulcun example ne ſuffiroit, tant vain que vingt ne vault a en demonſtrer la faulſeté, pour ce que ſont deuenues interdictes les opinions contrariantes. Maiſtre Rabelais, icy encore en ſes ſages conſeilz, preuenait iudicieuſement que : le tout a nous expouſer lui eſt impoſſible...

 

Aulx inuentions que crachent bauards & chauuiniſtes ſus papier, par le aër & iuſques en baſoche, ne y ha poinct de raiſonables replicques, & ils doibuent ſe deporter yceulx qui vouldroient patrouner ſus la fiereté des poines. Du pantagruelion ne fault traicter que auecques la ruſe du regnard ou ſynon toſt les articles ſe branſleront — comme deſia cy deſſus & cy deſſus il a eſté dict et re dict que ſourd tel vn vieil official pour ne pas le auoir entendu fault il eſtre ! Pourtant des effectz que ceſte herbe ſoubeline ha prouocqué en l’eſperit non ignaue y aurait merueilleuſes declairations a inuenter, quoyque curieuſement eſcriptes par neceſſité. Citerez vous A. Malraulx en ſes Antimemoires qui fuſt grand miniſtre de Carolus de Gaulle (que ce eſt vn grand pont, ceſt homme !), que ne ſerez pas plus auancez ſçachant que il ſera logicalement au pan theon en MCMLXXXXVI, et l’opinion de ce faulx frere vault bien ycelles des apologues du iour d’huy qui vuides ſont : Vne heure apres [auoir prins de la drogue], il degringuole & rebondiſt ſus les montagnes ruſſes du chanure ; enſuyte commence vne freneſie eroticque. L’action du haſchiſch, vous le ſçauez, eſt cyclicque, formée de grandz cercles d’yureſſe ſeparez par des momens de lucydité. Au ſortir du premier cercle, Mercurol file, les piedz en dehors, a la paillote-bordel la plus voiſine, Meſſieurs ! Que ce Meſſieurs tombe a propous, meſſire !

 

Ceulx la qui, ſe gaudiſſans des aduertiſſemens punicques, ne annoncent poinct le vſaige que ilz font de poizon que eſt propouſé par officines ne valent poinct l’eſcoutte : Lard gheſt tholb be ſua virtiuſs... Meſmement emburelucoqué que vn fol de theriacle, le frappart vaultré dans la crapule ſe riant des pantagrueliſtes, ne veoit que luy auſſy eſt tel que iceulx il mocque : ſe mocque qui clocque, ne eſt ce poinct ? L’anticque oppoſition que maintes peroraiſons ont eſtably entre l’uſance dommaigeable de pantagruelion & ycellui louable de cræpalocomes n’eſt pas pertinent en ce que le pantagruelion ne ſe parangonne poinct, ni en ſes effectz ni en ſa nuyſance. Ceſte maintenance des fruictz de noſtre terrouar ne ſe iuſtifie, ne conuainct que abrutis genuflexez, meſme en le dommaine vigneron. Que en ſerait il du vin de Falerne collaudé par le Pline et le Horace ? de Maluoiſye grecque que l’Angloys Shakeſpeare beuuoyt ſoubz le nom de Malmſey ? de Moſcatel de Setubal que Maiſtre Rabelais plaçoit dens le Temple de la diue bouteille Bacbuc ? & de tant d’aultres eſtranges liquides que ne ſont iſſuz de nos champs, ſynon que eulx auſſy fuſſent des produictz de l’eſchange de marchandiſes auecques les eſtrangiers que ont corrompu nos belles couſtumes ? Et ie ne parle poinct de l’herbe a la roine que n’eſt plus ores condemnée a eſtre achapter en ſecret — du moyns ie ne en parlois poinct encor. Pourtant prenons comme fable ycelle de ceſte herbe que ha eſté vouée aulx pires babouyneries. Hé, quoy ! ne fuſt elle pas louée (liſez l’Inſtruction ſur l’herbe petum de Iacques Gohory, Paris, MDLXXI, ou l’Inſtruction de la connoiſſance des vertuz de l’herbe petum de Beſſon, Paris, MDLXXX) & bientoſt agonie d’iniures (liſez Petri Scriuerii ſatunalia ſiue de vſu atque abuſu tabaci, Harlem, MDCXXVIII ; & Iacobi VI, Angliæ regis, Miſocapnus, ſiue de abuſu tabaci &c. donné par Ioachim Schrouer, Roſtock, MDCXLIV ; & Iacobi Baldi en ſa Satyra contra abuſum tabaci, Ingolſtadt, MDCLVII ; & meſme ſelon la loi numero XCI-XXXII, nuict grauement a la ſanté : paouure loig qui ſe reduict a tailler du medicin...). Pourtant finera par eſtre libr, quand le croquelardon eſpuiſé en matagraboliſme conuiendra que, oui da, le pantagruelion n’eſt poinct tant contemptible que ilz le ont dict les matéologiens. Et liront ilz, pour la leur edification, en guiſe de briefue hyſtoire l’Eſclauage rompu, ou la ſocieté des francs-peteurs de Le Couruaiſier (Pordepolis, a l’enſeigne de Zephyre-Artillerie, MDCCLVI). Que ne ſont ils autant feroces a chiaſſer ſus l’apologie de l’yurongnerye ecſtaticque eſcripte par des nobles beuueurs ; quelz biaulx liures, quelles belles letres dont ie me recorde la Declamatio in laudem ebrietatis du bon Chriſt. Hagendorphino (Haguenau, MDXXVI) ; quelz puiſſans genies ce Vincentio Opſopæo en ſa Rhapſodia in ebrietatem & ce Bucoldiani en ſon Oratio pro ebrietate. Et ie cite auſſy, pour ce que y ait du fabuleux en ceſte fable, le ſuperbe Eloge du pet, diſſertation anatomique... a Paris, an VII, de Mercier de Compiegne, ainſy que le ſubtil traicté & la poſt face de Coquelet a l’Eloge de rien, dedié a perſonne (Paris, MDCCXXX), qui a luy ſeul eſt emblematicque de ce carneual, car ils ſont bien le neant du penſement yceulx qui baillent a pleines dentz vne telle ridicule aſnerie, diſant du pantagruelion que il eſt vn des plus anciens ſtupefiantz a eſtre vtiliſé par certains peuples dont beaucoup preſentent des ſignes euidens de degenereſcence. Oh ! le gros rat ! le gros rat ! Z’y vas aulx fins fondz de la vaz & reſte y a eſtudier les cancres & ferrer les poulpes, plutoſt que de alimenter ta tienne rance ignorance, cornant a la face du grand Turc tes alleguations ſus l’aër des ſabbotz a cloux. Allez ! vne aultre du monument que il ha introduict, par pur ſoulas : le pantagruelion perturbe & deuie le traitement de l’information dans les zones du cerueau dont l’integrité eſt eſſentielle pour l’exercice de la raiſon & de la liberté ; que y ha il de ſy pertinax, paouure nytouche ? SPQR, euidentement ! De la raiſon ne y ha poinct en la defenſe croteſque de ceſte viude liberté. A cul de foyrart touſiours abonde merdigues, car ainſy a ces diables cependent que ilz durent & crient la theriacle fault en vſer, ce eſt a dire de en rire dauant que de tirer la chorde ſus ceſte villanie (pour ne plus y reuenir : bouououous !). Eſt tant vray que abuz en toute choſe ainſy comme ainſy cauſe hebetation pitoyable ; en ce pendant ne ſont vnicquement des dicts abuz que punit cachotz ou traicte inionction aulx harpions des pharmacos, ains de libere conſommation & vſaige que poinct plus — et meſme moyns — nefaſtes ne ſont que bouteilles de ſyrop vignolat beuz auecques ioye. Mais meſme ſi, comme en noſtre pays diſent les bons viuans : gayeté iamais nhabita cueur felon, neantmoins ie ne entreray en ces noiſettes pour ce que ie ne iuge pas humerie en mal & ne veulx le fuſtiger pour deffendre aulcunes praticques. Le bon vin eſt bon, comme le pantagruelion eſt “admirable”, & n’eſt pas vtile de meſdir de l’un pour ſauluer l’aultre des oultraiges des piſſe vinaigrette de ſeruice. Les yureſſes ſe valent a qui veult ſe caſſer la caboche, & que gronde la voix de la loig la deſſus, elle ny peult que nenny.

 

Encontre la herbophylie, la paſſion & les affections, la raiſon des prochatz ne reſſort poinct du rational ains des interdictz propres aulx eccliſes, ycelles qui mortiffient les corpz & ycelles qui meurtriſſent les eſperitz : les rys & les plaiſirs de la terreſtre vie enſemblement ſont condemnez par l’auctorité eccleſiaſticque & par la iuſtice des hommes ſans que motif en ſoye bien apert & congneu. Ni par medicine, ni par aultres ſciences ne ſe peuuent expliquer la lourderye des peines pour de ſi legieres fanfreluches de vſance que le code met en ordre (medicine ſe grime comme aide de police eſt deſia). A ne poinct vouloir finer enchaſſez ſe fauldront doncque eſtre ſoubmiz les empoiſonnez au controlle & au regard des myres & des apothecaires — & lors les ſerments de hyppocrates que ſont ilz ſynon hypocrites iurons ? Inionction therapeutice ſe diſt pour obliger a ſe guerir ſoy de vne faulſe maladie que eſt la fumée en vice et de forcer le ſoy diſant empoiſonné en renonce. Mais inionction therapeutice beſterie eſt eſguard petard, en cela que yceulx ne ſoubhaytent gueriſon pour ce que ne y ha vice en la fumée, diſent les ſerieulx ſçauantz. Les vertuz de ces priſons, ou les chaiſnes ſont medicamens, ne ſeront icy notez pour ycellui que ha ſi foiblement peſché, ſemblans petarades atomicques ſus punaiſes bacteryes ; meſmement le elephant, qui les mouſcherons ha eſcarbouillez de ſes piedz, ne ha ſeruelle en ſon craine : du mal ſainct Valentin naiſt le ſainct Medard ou du mal thibault mitaine le ſainct Leonard... Nully, ſi ce ne ſont les détracteuſes engreſſées d’officines faiſant trembler le lard en charnier & parlant latin deuant les clercs, ne traicte de la en hors du meſfaict du pantagruelion a torche lorgne. Marot en ſa ſapience diſoit que ſcience na hayneux que lignorant et touſiours ſe peult verifier ſa ſentence. Ceſte tres numereuſe paucité (nully a eſté dict plus en hault) adiouſte ores aulx ſiennes billes vezées d’anticques ſuperſtioſitez, telles ycelle que le Pline eſcriuoit du temps des tres haultz bonnetz en ſon Hyſtoire naturelle : ſemen eius eſtinguere genituram virorum dicitur..., & qui eſt en reſpect ce iour d’huy & en termes ſimilis par yceulx qui taillent de l’hyſtoriographes ſoubs excuſes que des ſçauantz auoient veu (en MCMLXXV), que les ſpermatozoïdes preleués ſus des fumeurs chronicques de haſchich preſentoient des alterations biochymicques. Il y auoit vne nette diminution de l’arginine des hiſtones dens les ſpermatozoïdes, ce qui pourroit refleter vne alteration des acides nucleïcques ; a croyre que le romanicque diſpoſoit de lunettes de rapeutaſſeurs (ceulx la meſme qui, guenaux, faiſoient d’vn hom, quoy que decrepi, vn lumbricque...) & tres perfaictes pour veoir les habitans des microcoſmes ſpermaticques — attention ! bientoſt d’aulcuns aultres chanteront que la rotundité de la terre planete fuſt vne aſnerie ou que l’homme fuſt creé de la gadoue par vn eſtre ciclope ſupra natural que ha engraué ſes loix ſus vne table que n’eſt meſme poinct de cuyſine !

 

Le prime dangier de la herbe pantagruelion — ie le re re re dis pour ceulx qui de icy liront le commencement ou que de l’entendouoire ils ſont impotens — eſt ſeulement que elle eſt reprimée en ſa conſommation & de en vanter l’uſance, car le iour ne eſt pas fauorable au iour fauorable ; et, comme il n’eſt mal de dentz plus grant que quand les chiens vous tiennent aulx iambes, ne fauldra ſans prudence parler gras de l’idole ou toſt gouſtant de l’huylle de cotteretz (qui oncques ne ſoulagea d’aulcun mal) tu ſeras conculqué ares metys ; ni ſe frotter le ventre & la craſſe au panier en exprimant a toutes reſtes ſa ſienne opinion, car c’eſt rompre les banez par rolle tant que ce ſera la que le liepure giſt (ie veulx dire en formule de loſ). A ne vouloir poinct adhærer au narré l’aire, les carcans du ſilence cenſorin oppilent ains ne meurdriſſent pas ; ceſt eſtranglement, a la mort lente que ſont les fers, te ſera agréable, ie le imagine, bougre de ladre & coqu par couhardiſe. Mieulx vault tourner les truyes prohibitioniſtes au foin, ce que ſubit ſe faict, pour ce que a lauer la teſte d’vng aſne on ny perd que la lexifue. En deſtour, pour que le tour des truyes au foin ſoyt comprins ſynon ne ha de ſens a le eſcrire, ie vous raconteray vne aduenture verſifiée par meſſer Niccoló en ſon “chapitre de la Occaſion” : le cheueu au dauant de la teſte ha l’Occaſion & yceulx qui ne le ont pas voulu empoingner quand elle paſſe, ſont treſpaſſez a vouloir la ſaiſir a nouueau pour ce que ne y ha de cheuueulx par derriere la teſte de la Occaſion : ſus la peau du crane la gryphe gliſſoit & rien ne ſaiſiſt.

 

Dire l’orgue en ce ſubiect eſt croyre que nues en ſe durciſſans ſont paëles d’arin & que veſſies feuſſent lanternes, le tiens toy pour dict vne foys pour toutes, comme implorer le droict de bienſeance non plus ne peut eſtre licite, quand bien meſme ne pourra nuyre a aultruy icelluy qui par les admirables vertuz du pantagruelion veoyd vaſche noyre en boys bruſlé que en ſes eſperitz ſe metamorfoſent : il finera par veoir la fumée vraye des ſiens fagotz. A mon deuys mieulx vault ſe eſchauffer en ſon harnoys, quoi que en robbe, pluſtoſt que rompre andouilles ſus le genouil a criticquer ceſte matiere de breuiaire, tant y ha de l’aſnes en diſputations.

 

Et vogue la gualée ! puys que tout eſt quaſi frelore bigot ſi vouloir congnoiſtre mouſche en laict n’eſt plus loiſible es republicques que aulx prix de ſtations au noſocome en barreaulx, & tel qu’en tyrannie c’eſt faire de la terre le fouſſé en ayant la bouſche fraiſche iuſques au buſcher, ce que ne poinct durera. Aualleurs de frimars, ſerre argent de la ville ou de la campaigne, vous tous ianſpill’hommes qui veiglez en guet-a-pens promptz a punir, ſçachez que n’eſt le bon voſtre combat. Attention que le cancre vous puiſſe venir aulx mouſtaches, et troys razes de anguonnages pour vous faire vn hault de chauſſe & nouuelle braguette, que le maulubecque vous trouſque & la caqueſangue auſſy & que... & que... & pour la fin des temps tant que mouſchencullade ſera a vouloir conuertir a la verité deuots & cagotz & gotz & magotz & matagotz & cradotz... Ainſy ſoyent ils les troubleſfeſte, & que ſus les iſles de Thohu & Bohu les emportent & les plantent les dæmons de la pannicque. Et que paiſſent en paix es palais ces paragons paraſites, parlans ſans paſſion des pauotz en pantofles, & en paradoxe de la panacée ; en epitaphe : ilz ne gouſterent, mourans idiotz, ni ceſte ambroiſie nectaricque, ni aduenture bien inſupportable ſouuent, ni le ſalutaire deſdaing, ni tout ce qui eſt bon ſus ceſte terre, ains auſſy ſont de la nature les perilleux dons aulx eſperitz vaillans ; pour ce que mache eſtrons & morueulx ne ſont couilluz que a boire parolles de leurz maiſtres qui ont noms : dieux d’aſſaſſinateurs fanaticques, honeur chaumeny (a ce propous ne ſuffiſt poinct, comme le diſoyt aultreſfoys vn comicque qui parloit non ſans grauité, de ne pas auoir la robbe decorée, encor fault il ne poinct le meriter), denares puants ou gloire miſerable ſus leſquelz deſia fiantent auecques ioye les ozillons auant meſme que ilz ne ſoyent autelz, legion, bourſes ou marbre.

Quant a toy ne ſoyt pas machine
aulx ordres d’vn maiſtre vaurien,
proſterné a genouilz tremblans.
Oeuure au temps de l’eſbranlement
ſans te morfondre en l’atendant :
touſiours il eſt venu a poinct
le moment ioyeulx de la ruyne.
Lict la grande hyſtoire de l’humain ;
trouue de quoy chaſſer ton meſhaing,
ains ne dors pas ſus ta pagine
en rauaſſant comme vn bouin,
car du neant naiſt le neant :
il y fault du tien & du ſang,
& du couraige, euidemment,
pour de l’auant aller en fin
& ſe moquer des triſtes mynes.

 

Sela ! Beuuons !

F. Leelcrqc



 

Tiers liure des
FAICTZ ET DICTZ
Heroïques du noble Pantagruel.compoſez
par M.Franç.Rabelais docteur en
Medicine, & Calloïer des
Iſles Hieres.

L’auteur ſuſdict ſupplie les Lecteurs
beneuoles, ſoy reſeruer a rire au ſoi-
xante & dixhuytieſme liure.

 

A PARIS,

Par Chreſtien wechel, en la rue ſainct
Iacques a l’eſcu de Baſle :et en la rue ſainct
Iehan de Beauuoys au Cheual volant.
M. D. XLVI.

AVEC PRIVILEGE DV
Roy, pour ſix ans.

Source : Les Bibliothèques Virtuelles Humaniſtes

 

* * * * * * *

 

Comment Pantagruel feiſt ſes appreſtz pour monter ſus mer. Et de l’herbe nommée Pantagruelion. Chap.46.

PEu de iours apres Pantagruel auoir prins congié du bon Gargantua, luy bien priant pour le voyage de ſon filz, arriua au port de Thalaſſe pres Sammalo, acompaigné de Panurge, Epiſtemon, frere Ian des entommeures abbé de Theleme, et aultres de la noble maiſon, notamment de Xenomanes le grand voyageur et trauerſeur des voyes perilleuſes, lequel eſtoit venu au mandement de Panurge. Par ce qu’il tenoit ie ne ſcay quoy en arriere fief de la chaſtellenie de Salmigondin. La arriuez, Pantagruel dreſſa equippage de nauires, a nombre de celles que Aiax de Salamine auoit iadis menées en conuoy des Gregoys a Troie. Nauchiers, pilotz, heſpaliers, truſchemens, artiſans, gens de guerre, viures, artillerie, munitions, robbes, deniers, et aultres hardes print et chargea, come eſtoit beſoing pour long et hazardeux voyage. Entre aultres choſes ie veids qu’il feiſt charger grande foiſon de ſon herbe Pantagruelion, tant verde & crude, que conficte & præparée.

L’herbe Pantagruelion a racine petite, durette, rondelette, finante en poincte obtuſe, blanche, a peu de fillamens, & ne profonde en terre plus d’une coubdée. De la racine procede vn tige vnicque, rond, ferulacée, verd au dehors, blanchiſſant au dedans : concaue, comme le tige de Smyrnium Olus atrum, Febues, & Gentiane : ligneux, droict, friable, crenelé quelque peu a forme de columnes legierement ſtriées : plein de fibres, es quelles conſiſte toute la dignité de l’herbe. meſmement en la partie dicte Meſa, comme moyenne, & celle qui eſt dicte Mylaſea. Haulteur d’icelluy communement eſt de cinq a ſix pieds. Aulcunes foys excede la haulteur d’une lance. Scauoir eſt, quand il rencontre terrouoir doulx, vligineux, legier, humide ſans froydure : comme eſt Olone & celluy de Roſea pres Præneſte en Sabinie, & que pluie ne luy deffault enuiron les Feries des peſcheurs, & Solſtice æſtiual. Et ſurpaſſe la haulteur des arbres, comme vous dictez Dendromalache par l’authorité de Theophraſte : quoy que herbe ſoit par chaſcun an deperiſſant : non arbre en racine, tronc, caudice, & rameaux perdurante. Et du tige ſortent gros & fors rameaux. Les feueilles a longues troys foys plus que larges, verdes tous iours : aſprettes, comme l’Orcanete : durettes, inciſées au tour comme vne faulcille & comme la Betoine : finiſantes en poinctes de Laryſſe Macedonicque, & comme vne lancette dont vſent les Chirurgiens. La figure d’icelle peu eſt differente des feueilles de Freſne & Aigremoine : & tant ſemblable a Eupatoire, que pluſieurs herbiers l’ayant dicte domeſticque, ont dict Eupatoire eſtre Pantagruelion ſauluaginé. Et ſont par rancs en eguale diſtance eſparſes au tour du tige en rotondité par nombre en chaſcun ordre ou de cinq, ou de ſept. Tant la cherie nature, qu’elle l’a douée en ſes feueilles de ces deux nombres impars tant diuins & myſterieux. L’odeur d’icelles eſt fort, & peu plaiſant aux nez delicatz. La ſemence eſt numereuſe autant que d’herbe qui ſoit, ſphæricque, oblongue, rhomboïde, noire claire, & comme tannée, durette, couuerte de robbe fragile : delicieuſe a tous oyſeaulx canores, comme Linottes, Chardriers, Alouettes, Serins, Tarins, & aultres. Mais eſtainct en l’homme la ſemence generatiue, qui en mangeroit beaucoup & ſouuent. Et prouient vers le chef du tige, & peu au deſſoubs. [Et quoy que iadis entre les Grecs d’icelle l’on feiſt certaines eſpeces de fricaſſées, tartres, & beignetz, les quelz ils mangeoient apres ſoupper par friandiſe & pour trouuer le vin meilleur : ſi eſt ce qu’elle eſt de difficile concoction, offenſe l’eſtomach, engendre mauuais ſang, & par ſon exceſſiue chaleur feriſt le cerueau, & rempliſt la teſte de faſcheuſes & douloreuſes vapeurs.] Et comme en pluſieurs plantes ſont deux ſexes : maſle, & femelle : ce que voyons es Lauriers, Palmes, Cheſnes, Heouſes, Aſphodele, Mandragore, Fougere, Agaric, Ariſtolochie, Cypres, Terebinthe, Pouliot, Pæone, & aultres : auſſy en ceſte herbe y a maſle, qui ne porte fleur aulcune, mais abonde en ſemence : & femelle, qui foiſonne en petites fleurs, blanchaſtres, inutiles : & ne porte ſemence qui vaille : & comme eſt des aultres ſemblables, ha la feuille plus large, moins dure que le maſle, & ne croiſt en pareille haulteur. On ſeme ceſtuy Pantagruelion a la nouuelle venue des Hyrondelles, on le tire de terre lors que les Cigalles commencent ſ’enrouer. On la pare ſoubs l’æquinocte automnal en diuerſes manieres, ſcelon la phantaſie des peuples, & diuerſité des pays.

L’enſeignement premier de Pantagruel feut, le tige d’icelle deueſtir de feueilles & ſemence : le macerer en eau ſtagnante non courante par cinq iours, ſi le temps eſt ſec, & l’eau chaulde : par neuf ou douze, ſi le temps eſt nubileux, & l’eau froyde puys au Soleil le ſeicher : puys a l’umbre le excorticquer, & ſeparer les fibres (es quelles, comme auons dict, conſiſte tout ſon pris & valeur) de la partie ligneuſe, laquelle eſt inutile, fors qu’a faire flambe lumineuſe, allumer le feu, & pour l’eſbat des petitz enfans enfler les veſſies de porc. D’elle vſent aulcunes foys les frians a cachettes, comme de Syphons, pour ſugſer & auecques la laine attirer le vin nouueau par le bondon. Quelques Pantagrueliſtes modernes euitans le labeur des mains qui ſeroyt a faire tel depart, vſent de certains inſtrumens catharacts compoſez a la forme que Iuno la faſcheuſe tenoyt les doigtz de ſes mains liez pour empeſcher l’enfantement de Alcmene mere de Hercules. et a trauers icelluy contundent & briſent la partie ligneuſe, & la rendent inutile, pour en ſauluer les fibres. En ceſte ſeule præparation acquieſcent ceulx qui contre l’opinion de tout le monde, & en maniere paradoxe a tous philoſophes, guaingnent leur vie a recullons. Ceulx qui a profict plus euident la voulent aualler, font ce que l’on nous compte du paſſetemps des troys ſoeurs Parces : [de l’eſbatement nocturne de la noble Circé :] & de la longue excuſe de Penelope enuers ſes muguetz amoureux, pendent l’abſence de ſon mary Vlyxes. Ainſi eſt elle miſe en ſes ineſtimables vertus, des quelles vous expouſeray partie, (car le tout eſt a moy vous expouſer impoſſible) ſi dauant, vous interprete la denomination d’icelle.

Ie trouue que les plantes ſont nommées en diuerſes manieres. Les vnes ont prins le nom de celluy qui premier les inuenta, congneut, monſtra, cultiua, apriuoiſa & appropria, comme Mercuriale de Mercure : Panacea de Panace, fille de Aeſculapius : Armoiſe, de Artemis, qui eſt Diane : Eupatoire, du roy Eupator : Telephium, de Telephus : Euphorbium, de Euphorbus Medicin du roy Iuba : Clymenos, de Clymenus : Alcibiadion, de Alcibiades : Gentiane, de Gentius roy de Sclauonie. Et tant a eſté iadis eſtimée ceſte prærogatiue de impoſer ſon nom aux herbes inuentées, que comme feut controuerſe meue entre Neptune & Pallas de qui prendroit nom la terre par eulx deux enſemblement trouuée : qui depuys feut Athenes dicte, de Athene c’eſt a dire Minerue : pareillement Lyncus roy de Scythie ſe miſt en effort de occire en trahiſon le ieune Triptoleme enuoyé par Ceres pour es hommes monſtrer le froment lors encores incongneu : affin que par la mort d’icelluy il impoſaſt ſon nom, & feuſt en honneur & gloire immortelle dict inuenteur de ce grain tant vtile & neceſſaire a la vie humaine. Pour laquelle trahiſon feut par Ceres tranſformé en Oince, ou Loup-ceruier. Pareillement grandes & longues guerres feurent iadis meues entre certains roys de ſeiour en Cappadoce, pour ce ſeul different, du nom des quelz ſeroit vne herbe nommée : laquelle pour tel debat feut dicte Polemonia, comme Guerroyere.

Les aultres ont retenu le nom des regions des quelles feurent ailleurs tranſportées, comme pommes Medices, ce ſont Poncire de Medie, en laquelle feurent premierement trouuées : pommes Punicques, ce ſont Grenades, apportées de Punicie, c’eſt Carthage. Liguſticum, c’eſt Liueſche, apportée de Ligurie, c’eſt la couſte de Genes. Rhabarbe, du fleuue Barbare nommé Rha comme atteſte Ammianus : Santonicque, fœnu grec : Caſtanes, Perſicques, Sabine, Stœchas, de mes iſles Hieres antiquement dictez Stœchades, Spica Celtica, & aultres.

Les aultres ont leur nom par Antiphraſe & contrarieté : comme Abſynthe, au contraire de pynthe. car il eſt faſcheux a boyre. Holoſteon. c’eſt tout de os : au contraire. car herbe n’eſt en nature plus fragile & plus tendre, qu’il eſt.

Aultres ſont nommées par leurs vertus & operations, comme Ariſtolochia, qui ayde les femmes en mal d’enfant. Lichen qui gueriſt les maladies de ſon nom. Maulue, qui mollifie. Callithrichum, qui faict les cheueulx beaulx. Alyſſum, Ephemerum, Bechium, Naſturtium, qui eſt Creſſon Alenoys : Hyoſcyames, hanebanes, & aultres. Les aultres par les admirables qualitez qu’on a veu en elles. comme Heliotrope, c’eſt Soulcil, qui ſuyt le ſoleil. Car le ſoleil leuant, il ſ’eſpanouiſt : montant, il monte : declinant, il decline : ſoy cachant, il ſe clouſt. Adiantum : car iamais ne retient humidité, quoy qu’il naiſſe pres les eaux, & quoy qu’on le plongeaſt en eau par bien long temps : Hieracia, Eryngion, & aultres. Aultres par metamorphoſe d’hommes & femmes de nom ſemblable : comme Daphne, c’eſt Laurier, de Daphne : Myrte, de Myrſine : Pytis, de Pytis, Cynara, c’eſt artichault : Narciſſe, Saphran, Smilax, & aultres. Aultres par ſimilitude, comme Hippuris (c’eſt Prelle) car elle reſemble a queue de cheual : Alopecuros, qui ſemble a la queue de Renard : Pſyllion, qui ſemble a la puſſe : Delphinium, au Daulphin : Bugloſſe, a langue de beuf : Iris, a l’arc en ciel, en ſes fleurs : Myoſota, a l’aureille de ſouriz : Coronopous, au pied de Corneille. Et aultres. Par reciprocque denomination ſont dictz les Fabies, des febues : les Piſons, des poys : les Lentules, des lentiles : les Cicerons, des poys chiches. Comme encores par plus haulte reſemblance eſt dict le nombril de Venus, les cheueulx de Venus, la cuue de Venus, la barbe de Iuppiter, l’oeil de Iuppiter, le ſang de Mars, les doigtz de Mercure [ : Hermodactyleſ]  : & aultres. Les aultres de leurs formes : comme Trefeueil, qui ha trois feueilles : Pentaphyllon, qui a cinq feueilles : Serpoullet, qui herpe contre terre : Helxine, Petaſites, Myrobalans, que les Arabes appellent Béen, car ilz ſemblent a gland, & ſont vnctueux.

 

Pourquoy eſt dicte Pantagruelion, & des admirables vertus d’icelle. Chap.47.

PAr ces manieres (exceptez la fabuleuſe. Car de fable ia Dieu ne plaiſe que vſions en ceſte tant veritable hiſtoire) eſt dicte l’herbe Pantagruelion. Car Pantagruel feut d’icelle inuenteur. ie ne diz pas quant a la plante, mais quant a vn certain vſaige, lequel plus eſt abhorré & haÿ des larrons : plus leurs eſt contraire & ennemy, que n’eſt la Teigne & Cuſcute au Lin, que le Rouſeau a la Fougere : [que le Preſle aux Fauſcheurs : que Orobanche aux poys Chices : Aegilops a l’Orge : Securidaca aux Lentilles : Antranium aux Febues : l’Yuraye au Froment : le Lierre aux Murailles :] que le Nenufar & Nymphœa Heraclia aux ribaux moines, que n’eſt la Ferule & le Boulas aux eſcholiers de Nauarre, que n’eſt le Chou a la Vigne : L’ayl, a L’aymant : L’oignon, a la veue : la graine de Fougere, aux femmes enceinctes : la ſemence de Saule, aux nonnains vitieuſes : l’umbre de If, aux dormans deſſoubs : le Aconite, aux Pards & Loups : le flair du Figuier, aux Taureaux indignez : la Cigüe, aux oizons : le poupié, aux dents : l’huille, aux arbres. Car maintz d’iceulx auons veu par tel vſaige finer leur vie hault & court : a l’exemple de Phyllis royne des Thraces : de Bonoſus, Empereur de Rome : de Amate, femme du roy Latin : de Iphis, Auctolia, Licambe, Arachne, [Pheda, Leda,] Acheus roy de Lydie, & aultres : de ce ſeulement indignez, que ſans eſtre aultrement malades, par le Pantagruelion on leurs oppiloit les conduictz, par les quelz ſortent les bons motz, & entrent les bons morſeaulx, plus villainement que ne feroit la male Angine & mortelle Squinanche. Aultres auons ouy ſus l’inſtant que Atropos leurs couppoit le fillet de vie, ſoy griefuement complaignans & lamentans de ce que Pantagruel les tenoit a la guorge. Mais (laſ) ce n’eſtoit mie luy. Il ne feut oncques rouart, c’eſtoit Pantagruelion, faiſant office de hart, & leurs ſeruant de cornette. Et parloient improprement & en Solœciſme. Si non qu’on les excuſaſt par figure Synecdochique, prenens l’inuention pour l’inuenteur. Comme on prent Ceres pour pain, Bacchus pour vin. Ie vous iure icy par les bons motz qui ſont dedans ceſte bouteille la qui refraichiſt dedans ce bac, que le noble Pantagruel ne print oncques a la guorge ſi non ceulx qui ſont negligens de obuier a la ſoif imminente.

Aultrement eſt dicte Pantagruelion par ſimilitude. Car Pantagruel naiſſant on monde eſtoit autant grand que l’herbe dont ie vous parle. & en feut prinſe la meſure aiſement : veu qu’il naſquit on temps de alteration, lors qu’on cuille ladicte herbe, & que le chien de Icarus par les aboys qu’il faict au Soleil, rend tout le monde Troglodyte, & conſtrainct habiter es caues & lieux ſubterrains. Aultrement eſt dicte Pantagruelion par ſes vertus & ſingularitez. Car comme Pantagruel a eſté l’Idée & exemplaire de toute ioyeuſe perfection, (ie croy que perſonne de vous aultres Beuueurs n’en doubte) auſſi en Pantagruelion ie recongnoys tant de vertus, tant d’energie, tant de perfection, tant d’effectz admirables, que ſi elle euſt eſté en ſes qualitez congneue lors que les arbres (par la relation du prophete) feirent election d’un Roy de boys pour les regir & dominer, elle ſans doubte euſt emporté la pluralité des voix & ſuffrages. Diray ie plus ? Si Oxylus filz de Orius l’euſt de ſa ſoeur Hamadryas engendrée, plus en la ſeule valeur d’icelle ſe feuſt delecté, qu’en tous ſes huyct enfans tant celebrez par nos Mythologes, qui ont leurs noms mis en memoire eternelle. La fille aiſnée eut nom Vigne, le filz puyſné eut nom Figuier : l’aultre Noyer, l’aultre Cheſne, l’aultre Cormier, l’aultre Fenabregue, l’aultre Peuplier, le dernier eut nom Vlmeau, & feut grand Chirurgien en ſon temps. Ie laiſſe a vous dire comment le ius d’icelle exprimé et inſtillé dedans les aureilles tue toute eſpece de vermine, qui y ſeroit née par putrefaction, et tout aultre animal qui dedans ſeroit entré. Si d’icelluy ius vous mettez dedans vn ſeilleau d’eau, ſoubdain vous voirez l’eau prinſe, comme ſi feuſſent caillebotes, tant eſt grande ſa vertus. Et eſt l’eau ainſi caillée remede præſent aux cheuaulx coliqueux, et qui tirent des flans. La racine d’icelle cuicte en eau, remolliſt les nerfz retirez, les ioinctures contractes, les podagres ſclirrhoticques, & les gouttes nouées. Si promptement voulez guerir vne bruſlure, ſoit d’eau, ſoit de feu, applicquez y du Pantagruelion crud, c’eſt a dire tel qu’il naiſt de terre, ſans aultre appareil ne compoſition. Et ayez eſguard de le changer ainſi que le voirez deſeichant ſus le mal. Sans elle ſeroient les cuiſines infames, les tables deteſtables, quoy que couuertes feuſſent de toutes viandes exquiſes : les lictz ſans delices, quoy que y feuſt en abondance or, argent, electre, iuoyre, et porphyre. Sans elle ne porteroient les meuſniers bled au moulin, n’en rapporteroient farine. Sans elle comment ſeroient portez les playdoiers des aduocatz a l’auditoire ? Comment ſeroit ſans elle porté le plaſtre a l’haſtellier ? Sans elle comment ſeroit tirée l’eau du puyz ? Sans elle que ſeroient les tabellions, les copiſtes, les ſecretaires, et eſcriuains ? Ne periroient les Pantarques et papiers rantiers ? Ne periroit le noble art de Imprimerie ? De quoy feroit on chaſſis ? Comment ſonneroit on les cloches ? D’elle ſont les Iſiacques ornez, les Paſtophores reueſtuz, toute humaine nature couuerte en premiere poſition. Toutes les arbres lanificques des Seres, les Goſſampines de Tyle en la mer Perſicque, les Cynes des Arabes, les vignes de Malthe, ne veſtiſſent tant de perſonnes, que faict ceſte herbe ſeulette. Couure les armées contre le froyd & la pluye, plus certes commodement, que iadis ne faiſoient les peaulx. Couure les theatres & amphitheatres contre la chaleur, ceinct les boys et taillis au plaiſir des chaſſeurs, deſcend en eau tant doulce que marine au profict des peſcheurs. Par elle ſont bottes, botines, botaſſes, houzeaulx, brodequins, ſouliers, eſcarpins, pantofles, ſauattes miſes en forme et vſaige. Par elle ſont les arcs tenduz, les arbeleſtes bandées, les fondes faictes. Et comme ſi feuſt herbe ſacre, Verbenicque, et reuerée des Manes et Lemures, les corps humains mors ſans elle ne ſont inhumez. Ie diray plus. Icelle herbe moyenant, les ſubſtances inuiſibles viſiblement ſont arreſtées, prinſes, detenues, et comme en priſon miſes. A leur prinſe & arreſt ſont les groſſes & peſantes moles tournées agillement a inſigne profict de la vie humaine. Et m’eſbahys comment l’inuention de tel vſaige a eſté par tant de ſiecles celé aux antiques philoſophes, veue l’utilité impréciable qui en prouient : veu le labeur intolerable, que ſans elle ilz ſupportoient en leurs piſtrines. Icelle moyenant, par la retention des flotz aerez ſont les groſſes Orchades, les amples Telamons, les fors galions, les naufz Chiliandres & Myriandres de leurs ſtations enleuées, et pouſſées a l’arbitre de leurs gouuerneurs. Icelle moyenant, ſont les nations, que nature ſembloit tenir abſconſes, impermeables, & incongneues : a nous venues, nous a elles. Choſe que ne feroient les oyſeaulx, quelque legiereté de pennaige qu’ilz ayent, et quelque liberté de nager en l’aër, que leurs ſoit baillée par Nature. Taprobrana a veu Lappia : Iaua a veu les mons Riphées : Phebol voyra Theleme : Les Iſlandoys & Engronelands boyront Euphrates. Par elle Boreas a veu le manoir de Auſter : Eurus a viſité Zephire. De mode que les Intelligences celeſtes, les dieux tant marins que terreſtres en ont eſté tous effrayez, voyans par l’uſaige de ceſtuy benedict Pantagruelion, les peuples Arcticques en plein aſpect des Antarcticques, franchir la mer Athlanticque, paſſer les deux Tropicques, volter ſoubs la Zone torride, meſurer tout le Zodiacque, ſ’eſbaſtre ſoubs l’Aequinoctial, auoir l’un et l’aultre Pole en veue a fleur de leur Orizon. Les dieux Olympicques ont en pareil effroy dict. Pantagruel nous a mis en penſement nouueau et tedieux, plus qu’oncques ne feirent les Aloïdes, par l’uſaige et vertus de ſon herbe. Il ſera de brief marié, de ſa femme aura enfans. A ceſte deſtinée ne pouons nous contreuenir : car elle eſt paſſée par les mains & fuſeaulx des ſoeurs fatales, filles de Neceſſité. Par ſes enfans (peut eſtre) ſera inuentée herbe de ſemblable energie : moyenant laquelle pourront les humains viſiter les ſources des greſles, les bondes des pluyes, et l’officine des fouldres. pourront enuahir les regions de la Lune, entrer le territoire des ſignes celeſtes, & la prendre logis, les vns a l’Aigle d’or, les aultres au Mouton, les aultres a la Couronne, les aultres a la Herpe, les aultres au Lion d’argent : ſ’aſſeoir a table auecques nous, & nos déeſſes prendre a femmes, qui ſont les ſeulx moyens d’eſtre deïfiez. En fin ont mins le remede de y obuier en deliberation & au conſeil.

Ce que ie vous ay dict, eſt grand & admirable. Mais ſi vouliez vous hazarder de croire quelque aultre diuinité de ce ſacre Pantagruelion, ie la vous diroys. Croyez la ou non. ce m’eſt tout vn. me ſuffiſt vous auoir dict verité. Verité vous diray. Mais pour y entrer, car elle eſt d’acces aſſez ſcabreux & difficile, ie vous demande. Si i’auoys en ceſte bouteille mis deux cotyles de vin, & vne d’eau enſemble bien fort meſlez, comment les demeſleriez vous ? comment les ſepareriez vous ? de maniere que vous me rendriez l’eau a part ſans vin, le vin ſans l’eau, en meſure pareille que les y auroys mis. Aultrement. Si vos chartiers & nautonniers amenans pour la prouiſion de vos maiſons certain nombre de tonneaulx, pippes, & buſſars de vin de Graue, d’Orleans, de Beaulne, de Myreuaulx, les auoient buffetez & beuz a demy, le reſte empliſſans d’eau, comme font les Limoſins a belz eſclotz, charroyans les vins d’Argenton, & Sangaultier : comment en houſtriez vous l’eau entierement ? comment les purifieriez vous ? I’entends bien, vous me parlez d’un entonnouoir de Lierre. Cela eſt eſcript. Il eſt vray & aueré par mille experiences. Vous le ſcauiez deſia. Mais ceulx qui ne l’ont ſceu & ne le veirent oncques, ne le croyroient poſſible. Paſſons oultre. Si nous eſtions du temps de Sylla, Marius, Cæſar & aultres Romains empereurs, ou du temps de nos antiques Druydes, qui faiſoient bruſler les corps mors de leurs parens & ſeigneurs, & vouluſſiez les cendres de vos femmes, ou peres boyre en infuſion de quelque bon vin blanc, comme feiſt Artemiſia les cendres de Mauſolus ſon mary, ou aultrement les reſeruer entieres en quelque vrne, & reliquaire : comment ſaulueriez vous icelles cendres a part, & ſeparées des cendres du buſt & feu funeral ? Reſpondez. Par ma figue vous ſeriez bien empeſchez. Ie vous en depeſche. Et vous diz, que prenent de ce celeſte Pantagruelion autant qu’en fauldroit pour couurir le corps du defunct, & ledict corps ayant bien a poinct enclous dedans, lié & couſu de meſmes matiere, iectez le on feu tant grand, tant ardent que vouldrez : le feu a trauers le Pantagruelion bruſlera & redigera en cendres le corps & les oz. le Pantagruelion non ſeulement ne ſera conſumé ne ards, & ne deperdera vn ſeul atome des cendres dedans encloſes, ne recepura vn ſeul atome des cendres buſtuaires, mais ſera en fin du feu extraict plus beau, plus blanc, et plus net que ne l’y auiez iecté. Pourtant eſt il appellé Aſbeſton. Vous en trouuerez foiſon en Carpaſie, & ſoubs le climat Dia Cyenes, a bon marché. O choſe grande ! choſe admirable ? Le feu qui tout deuore, tout deguaſte, et conſume : nettoye, purge, & blanchiſt ce ſeul Pantagruelion Carpaſien Aſbeſtin. Si de ce vous defiez, & en demandez aſſertion et ſigne vſual comme Iuifz & incredules : prenez vn œuf fraiz & le liez circulairement auecques ce diuin Pantagruelion. Ainſi lié mettez le dedans le braſier tant grand & ardent que vouldrez. Laiſſez le ſi long temps que vouldrez. En fin vous tirerez l’œuf cuyt, dur, & bruſlé, ſans alteration, immutation, ne eſchauffement du ſacre Pantagruelion. Pour moins de cinquante mille eſcuz Bourdeloys amoderez a la douzieſme partie d’une Pithe : vous en aurez faict l’experience. Ne me parragonnez poinct icy la Salamandre. c’eſt abus. Ie confeſſe bien que petit feu de paille la vegete & reſiouïſt. Mais ie vous aſceure que en grande fournaiſe elle eſt comme tout aultre animant, ſuffocquée, & conſumée. Nous en auons veu l’experience. Galen l’auoit long temps a confermé & demonſtré lib. 3. de temperamentis [& le maintient Dioſcorides lib. 2]. Icy ne me alleguez l’alum de plume, ne la tour de boys en Pyrée, laquelle L. Sylla ne peut oncques faire bruſler, pour ce que Archelaus gouuerneur de la ville pour le roy Mithridates, l’auoit toute enduicte d’alum. [Ne me comparez icy celle arbre que Alexander Cornelius nommoit Eonem & la diſoit eſtre ſemblable au Cheſne qui porte le Guy : & ne pouoir eſtre ne par eau, ne par feu conſommée ou endommagée, non plus que le Guy de cheſne, & d’icelle auoir eſté faicte & baſtie la tant celebre nauire Argos. Cherchez qui le croye. Ie m’en excuſe.] Ne me parragonnez auſſy, quoy que mirificque ſoit celle eſpece d’arbre que voyez par les montaignes de Brianczon, & Ambrun, laquelle de ſa racine nous produit le bon Agaric, de ſon corps nous rend la reſine tant excellente que Galen l’auſe æquiparer a la Terebinthine : ſus ſes feuilles delicates nous retient le fin miel du ciel, c’eſt la Manne : & quoy que gommeuſe & vnctueuſe ſoit, eſt inconſumptible par feu. Vous la nommez Larrix en Grec & Latin : les Alpinois la nomment Melze : les Antenorides & Venetians, Larege. Dont feut dict Larignum le chaſteau en Piedmont : lequel trompa Iule Cæſar venent es Gaules. Iule Cæſar auoit faict commendement a tous les manens & habitans des Alpes & Piedmont, qu’ilz euſſent a porter viures & munitions es eſtappes dreſſées ſus la voie militaire, pour ſon ouſt paſſant oultre. Au quel tous feurent obeïſſans, exceptez ceulx qui eſtoient dedans Larigno, les quelz ſoy confians en la force naturelle du lieu, refuſerent a la contribution. Pour les chaſtier de ce refus, l’Empereur feiſt droict au lieu acheminer ſon armée. Dauant la porte du chaſteau eſtoit vne tour baſtie de gros cheurons de Larix laſſes l’un ſus l’aultre alternatiuement comme vne pyle de boys, continuans en telle haulteur, que des machicoulis facilement on pouoit auecques pierres & liuiers debouter ceulx qui approcheroient. Quand Cæſar entendit que ceulx du dedans n’auoient aultres defenſes que pierres & liuiers, & que a poine les pouoient ilz darder iuſques aux approches, commenda a ſes ſoubdars iecter au tour force fagotz, et y mettre le feu. Ce que feut incontinent faict. Le feu mis es fagotz, la flamme feut ſi grande & ſi haulte, qu’elle couurit tout le chaſteau. Dont penſerent que bien toſt apres la tour ſeroit arſe & demollie. Mais ceſſant la flambe, & les fagotz conſumez, la tour apparut entiere, ſans en rien eſtre endommagée. Ce que conſyderant Cæſar, commenda que hors le iect des pierres tout au tour l’on feiſt vne ſeine de foſſez & bouclus. Adoncques les Larignans ſe rendirent a compoſition. Et par leur recit congneut Cæſar l’admirable nature de ce boys, lequel de ſoy ne faict feu, flambe, ne charbon : & ſeroit digne en ceſte qualité d’eſtre on degré mis de vray Pantagruelion, & d’autant plus que Pantagruel d’icelluy voulut eſtre faictz tous les huys, portes, feneſtres, gouſtieres, larmiers, & l’ambrun de Theleme : pareillement d’icelluy feiſt couurir les pouppes, prores, fougons, tillacs, courſies, & rambardes de ſes carracons, nauires, galeres, galions, brigantins, fuſtes, & aultres vaiſſeaulx de ſon arſenac de Thalaſſe : ne feuſt que Larix en grande fournaiſe de feu prouenent d’aultres eſpeces de boys, eſt en fin corrumpu & diſſipé, comme ſont les pierres en fourneau de chaulx. Pantagruelion Aſbeſte plus toſt y eſt renouuelé & nettoyé, que corrumpu ou alteré. Pourtant
Indes ceſſez, Arabes, Sabiens
Tant collauder vos Myrrhe, Encent, Ebene,
Venez icy recongnoiſtre nos biens,
Et emportez de noſtre herbe la grene.
Puys ſi chéz vous peut croiſtre, en bonne eſtrene,
Graces rendez es cieulx vn million,
Et affermez de Françe heureux le regne,
On quel prouient Pantagruelion.

 

Fin du Troiſieſme liure des faictz
& dictz Heroïques du bon
Pantagruel.


happy   dans   Philanthropes    Vendredi 17 Novembre 2006, 14:24

 



Quau canto,
soun mau encanto
D’ici et d’ailleurs Qui chante son mal,
l’enchante

 


bienvenue
dans ce
joyeux
bric-à-brac
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

 
je vais aux routes
de mon cœur,
je suis la vision
de mes yeux !
The WeatherPixie

kimeli
ouvert le 15 juillet 2004
 
sommaires
des rubriques
de bric
et de broc
 
hier, sans nostalgie
demain, sans projet
aujourd'hui,
je suis
To translate
from and to
various
languages :



 

 

 

qui suis-je ?
Merci à Mephisto Lessiveur pour les images