Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
hétéroclite, écoute le temps, la tête dans les étoiles, les pieds par dessus

 

 




164 La flamme
de la gratitude

Roger CAILLOIS (1913-1978)

Ponce Pilate

« L’imaginaire », Gallimard, 1961
p. 50-52

 

Les satisfactions apportées par le devoir accompli, par la poursuite désintéressée de la justice, par un élan de générosité qui n’est pas resté théorique, qui fut traduit par des actes, ces satisfactions demeurent précaires, douteuses, coûteuses. La récompense est rarement à la mesure des sacrifices consentis. De la sorte, ceux-ci conservent leur valeur, mais aussi leur rareté. Chacun se décourage, adopte peu à peu une conduite plus prudente, plus égoïste. Il laisse se détériorer en lui une intransigeance qu’il ne recouvrera jamais plus. Il continue d’en ressentir le besoin.

Beaucoup cherchent alors dans l’art ou dans quelque raffinement extérieur, des substituts destinés à leur donner le change. Ils espèrent y trouver l’équivalent de la pureté ou de la perfection, de l’absolu qui les avait d’abord séduits dans un domaine plus secret et plus exigeant. Ils s’imaginent poursuivre désormais un idéal parallèle dans un univers étanche, exempt de sursauts, de périls, de confusions, où il n’est plus nécessaire de se dévouer ni de payer de sa personne. Un tel repli apparaît d’ordinaire comme le fruit de la sagesse et de l’expérience.

Mais le cœur n’est pas dupe. Il sait qu’il s’agit d’une démission irrémédiable. L’esprit, la sensibilité apprécient maintenant d’exquis plaisirs, qui d’ailleurs ont leur noblesse et qui sont, en effet, la fleur de toute civilisation. Ils font oublier beaucoup de choses, pas toutes, pas le reste, par le remords d’une perte essentielle, subie le jour où le sens primitif, inexpugnable, de la solidarité humaine fut comme disgracié au profit de l’amour de l’art ou de quelque autre passion luxueuse.

 

« Chacun se décourage... », c’est ainsi, il est vrai, mais notre découragement n’est pas une « démission irrémédiable », un irréversible à-quoi-bon.

Notre générosité n’est pas qu’un fugitif élan, c’est l’écho qui se prolonge et rebondit de notre gratitude.

Nous ne sommes rien de moins que le don généreux de la vie, et nous entretenons sa flamme.

La pauvreté peut vider nos poches, jamais notre cœur ne sera misérable.

S’il est vrai que parfois nous trébuchons, toujours nous nous remettons debout.

(poils aux genoux)


happy   dans   Anthropos    Jeudi 1 Février 2007, 20:42

 



Quau canto,
soun mau encanto
D’ici et d’ailleurs Qui chante son mal,
l’enchante

 


bienvenue
dans ce
joyeux
bric-à-brac
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

 
je vais aux routes
de mon cœur,
je suis la vision
de mes yeux !
The WeatherPixie

kimeli
ouvert le 15 juillet 2004
 
sommaires
des rubriques
de bric
et de broc
 
hier, sans nostalgie
demain, sans projet
aujourd'hui,
je suis
To translate
from and to
various
languages :



 

 

 

qui suis-je ?
Merci à Mephisto Lessiveur pour les images