Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
hétéroclite, écoute le temps, la tête dans les étoiles, les pieds par dessus

 

 




32 Li Qingzhao
Chine (1084-1151 ?)

Li Qingzhao (Li Ts’ing-tchao, Li Ching-Chao) — 李清照

L’une des rares femmes lettrées de Chine, mariée en 1101, à 17 ans, à Zhao Mingcheng, un étudiant de quatre ans son aîné.
Leur couple, considéré comme un exemple émouvant d’harmonie et de bonheur, est brisé en 1129, l’année de ses 45 ans, par la mort de Mingcheng sur la route de Huzhou où il est nommé préfet.
Elle ne s’en consolera jamais.

Les Fleurs du cannelier

traduites du chinois par Zheng Su,
interprétées par le poète Ferdinand Stoces.
(Orphée. La Différence, n° 68)

 

Poèmes

Crépuscule. Soudain des rafales...

(Sur l’air : Cueillette des mûres)

Crépuscule. Soudain des rafales

de vent et de pluie

Emportent la chaleur accablante du jour.

Elle cesse de jouer

de sa flûte de bambou

Et devant son miroir

serti de fleurs d’eau,
légèrement, elle se farde.

La soie écarlate de sa robe

est tellement fine

Qu’on voit luire sa peau

blanche comme la neige,
lisse et parfumée.

Souriante, elle se tourne

vers son bien-aimé :

« Ce soir,

derrière les rideaux de mousseline,
la natte et les oreillers
seront frais. »

 

Cette nuit, fatiguée par le vin...

(Sur l’air : Je te confie le secret de mon cœur)

Cette nuit, fatiguée par le vin,

j’ai retiré bien tard
la parure de mes cheveux,

Piquant une fleur de prunier

dans un vase.

L’arôme du vin et des fleurs

brise mon sommeil de printemps.

Mon rêve s’éloigne,

plus d’espoir de le retrouver.

Les voix s’éteignent.

La lune descend

Derrière les rideaux d’émeraude.

Entre mes doigts je froisse

les fleurs fanées,

Savourant leur dernier parfum,

Tandis que le temps s’écoule.

 

Je me souviens du pavillon sur la rivière...

(Sur l’air : Une chanson, comme un rêve)

Je me souviens du pavillon sur la rivière.

Après un coucher de soleil noyé dans le vin,

souvent il m’arrivait de m’égarer.

La fête éteinte, je reviens en bateau,

L’esprit embrumé, je m’enfonce

dans un dédale de lotus.

Comment me libérer ?

Comment me libérer ?

Les aigrettes blanches

sur le sable de la rive
soudain se réveillent.

 

Je suis lasse...

(Sur l’air : Quand mûrissent les baies de l’aubépine)

Je suis lasse, chaque année,

devant mon miroir de jade,

D’orner mes cheveux

de fleurs de prunier.

Cette année non plus

tu n’es pas revenu

Et je tremble

quand arrive une lettre du
Sud du Fleuve.

Depuis ton départ,

je bois peu de vin,

La tristesse a épuisé

mes larmes.

Mes pensées s’envolent

vers les nuages lourds
par-delà l’horizon

Car tu es plus loin

que les confins du ciel...

 

Le vent s’est apaisé

(Sur l’air : Printemps à Wu-Ling)

Le vent s’est apaisé

et la terre exhale
le parfum des fleurs tombées.

Le soir descend,

mais je suis trop lasse
pour arranger mes cheveux.

A quoi bon, pour qui ?

Ses vêtements sont là,
mais lui n’est plus
et rien n’a plus de sens.

Je voudrais en parler,

mais je fonds en larmes.

Les gens disent

que sur le lac le printemps
est encore beau.

Moi aussi, je voudrais y aller

faire un tour sur une barque,

Mais je crains

que la barque légère sur le lac

Ne puisse pas porter

un chagrin aussi lourd.

 

Écrit au hasard

Il y a quinze ans,

sous la lune épanouie,

Nous avons composé des poèmes

célébrant les fleurs.

Aujourd’hui, la lune et les fleurs

sont les mêmes,

Mais comment retrouver

les émois de jadis ?

 

quelques fleurs de plus


happy   dans   Merveilles    Samedi 24 Juillet 2004, 21:42

 


 


d ’ é c h o   e n   é c h o s

 

Oeil-de-nuit
Oeil-de-nuit
25-07-04
à 10:15

6  

Ton joueb est magnifique par ses écrits! Tu as du goût Happy!
Grozoubis!

Happy
Happy
25-07-04
à 11:01

7  Magnifique

Alors, soyons magnifique dans le pire comme dans le meilleur (hi hi hi !)


Le-Veilleur
Le-Veilleur
25-07-04
à 16:21

9  Bosoir toi !

Je trouve ses écrits fabuleux, il mon envoûté puis laissé porté sur le flot de magnifique images... Merci

Rêve...

 




Quau canto,
soun mau encanto
D’ici et d’ailleurs Qui chante son mal,
l’enchante

 


bienvenue
dans ce
joyeux
bric-à-brac
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

 
je vais aux routes
de mon cœur,
je suis la vision
de mes yeux !
The WeatherPixie

kimeli
ouvert le 15 juillet 2004
 
sommaires
des rubriques
de bric
et de broc
 
hier, sans nostalgie
demain, sans projet
aujourd'hui,
je suis
To translate
from and to
various
languages :



 

 

 

qui suis-je ?
Merci à Mephisto Lessiveur pour les images